La Collaboration Virgo

Les expériences de physique modernes, telles que Virgo, font face à des défis qui nécessitent de grands équipements ainsi que la contribution spécialisée de nombreux chercheurs, ingénieurs et techniciens en provenance de multiples instituts de plusieurs pays.

La collaboration Virgo est une équipe internationale qui travaille à la construction, aux tests, aux réglages et au fonctionnement de l’expérience Virgo, avec pour objectif la production de données scientifiques de haute qualité.

Afin de réaliser cet objectif, les scientifiques de Virgo travaillent avec leurs collègues des autres observatoires d’ondes gravitationnelles tels que Laser Interferometer Gravitational Observatory (LIGO), GEO600 et KAGRA. Les équipes de ces différents observatoires ont validé une stratégie de collaboration : les données collectées par tous les détecteurs sont partagées et analysées ensemble, et les résultats sont résumés dans des publications communes dans des journaux scientifiques. L’idée originale de la collaboration Virgo s’est basée sur un accord entre Dr Alain Brillet du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, Orsay) et Dr Adalberto Giazotto de l’Istituto Nazionale di Fisica Nucleare (INFN, Pisa). Au début des années 80, ils ont décidé de collaborer pour concevoir un instrument géant, basé sur l’interférence de faisceaux laser, pour détecter les ondes gravitationnelles.

Stimulés par ce défi, d’autres scientifiques ont rejoint la collaboration Virgo qui grandit rapidement. En 1989, la proposition officielle de l’expérience Virgo fut signée par quarante-et-un chercheurs membres de quatre instituts italiens, quatre instituts français et un un chercheur de l’université de l’Illinois à Urbana. La proposition fut finalement approuvée le 27 juin 1994, quand les présidents du CNRS et de l’INFN signèrent l’accord pour construire Virgo à Cascina, une petite ville près de Pise en Italie. Le Final Design Report décrivant la construction de Virgo fut signé en mai 1997 par 178 chercheurs, ingénieurs et techniciens appartenant à onze instituts français et italiens. La construction de l’instrument a duré jusqu’en 2003 et, après une longue période de tests et d’étalonnage minutieux, les premières observations de Virgo ont débuté en 2007.

La collaboration Virgo est maintenant pleinement engagée dans Advanced Virgo, une amélioration majeure de l’expérience qui va conduire à une sensibilité dix fois meilleure et va permettre ainsi d’explorer un volume d’univers mille fois plus grand que celui observé initialement par Virgo.

Aujourd’hui, plus de trois cents personnes sont membres de la collaboration Virgo : ils viennent de différents instituts répartis dans six pays européens, la France, l’Italie, les Pays-Bas, la Hongrie et la Pologne. Le National Institute for Subatomic Physics (Nikhef) dans les Pays-Bas a rejoint Virgo en 2006. Plus récemment, en 2010, le groupe POLGRAW de Varsovie et le KFKI Research Institute for Particle and Nuclear Physics de Budapest ont aussi rejoint la collaboration et, depuis 2016, le département d’astronomie et d’astrophysique de l’Université de Valencia.

Voici la liste des instituts, universités et laboratoires qui participent à la collaboration Virgo :
France
APC – Laboratoire AstroParticule et Cosmologie, CNRS/IN2P3 and Université Denis Diderot Paris 7, Paris
ARTEMIS – Observatoire de la Côte d’Azur, Nice
LAPP – Laboratoire d’Annecy-le-Vieux de Physique des Particules, CNRS/IN2P3, Annecy-le-Vieux
LAL – Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire, CNRS/IN2P3 et Université Paris-Sud, Orsay and ESPCI ParisTech – Ecole Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles, Paris
LMA – Laboratoire des Matériaux Avancés, CNRS/IN2P3 et Université Claude Bernard Lyon I, Villeurbanne
LKB – Laboratoire Kastler Brossel, Université Pierre et Marie Curie, École Normale Supérieure, Collège de France et CNRS, Paris

Italie
Sezione INFN e Università di Firenze – Urbino
Sezione INFN e Università di Genova
Sezione INFN e Università di Napoli
Sezione INFN e Università di Padova – Trento
Sezione INFN e Università di Perugia
Sezione INFN e Università di Pisa
Sezione INFN e Università di Roma 1
Sezione INFN e Università di Roma 2

Pays-Bas
Nikhef – National Institute for Subatomic Physics, Amsterdam
Radboud University, Nijmegen

Hongrie
Wigner RMKI – Institute for Particle and Nuclear Physics, Wigner Research Centre for Physics, Hungarian Academy of Sciences, Budapest

Espagne

Département d’astronomie et d’astrophysique de l’Université de Valencia

Pologne
IMPAN – Institute of Mathematics – Polish Academy of Sciences, Warsaw

Print Friendly, PDF & Email